Un Américain à Prague et une famille formidable

Alors que nous disons au-revoir à cette fabuleuse famille de Český Krumlov, que nous avions rencontrée après une rencontre malheureuse avec un chasseur, nous continuons notre route plus au nord, en direction de Prague. On passe par České Budějovice, en profitant de se trouver dans une ville assez grande pour passer par un magasin de cycles et améliorer le réglage de nos freins (on en apprend tous les jours), assister à un mariage tchèque (avec une haie d’honneur faite de joueurs de base-ball !) … et rentrer en collision l’un dans l’autre à un feu rouge. Bilan léger de cette faute d’inattention de Nicolas : le cache du catadioptre arrière de Gökben cassé et Nicolas qui s’en veut pas mal.

On persiste ensuite à suivre l’Eurovélo 7 et cette route régionale 12, faite de montées et descentes à deux chiffres sur des routes dégradés, avant de l’abandonner pour suivre notre instinct et les routes tertiaires figurant sur la carte routière que l’on s’est procurée. On s’arrête finalement dans une ferme familiale qui sert aussi de camp de vacances et où on peut planter notre tente. C’est finalement une aubaine : le prix défie toute concurrence (6 la nuit pour deux), la glace est plus chère que la pinte de bière, mais surtout, la journée du lendemain sera très pluvieuse et il ne faudra pas longtemps pour que l’on prenne la décision de rester une nuit supplémentaire. 90 kilomètres nous séparent de Prague et nous n’avons toujours pas de logement sur place. Mieux vaut tempérer.

D0111 (1)-FOW

Thème de mariage assez original …

D0114 (4)-FOW

Exemple de piste cyclable tchèque …

 

Un Américain à Prague, ou la philantropie au service des voyageurs


On fait un bout de chemin avec trois couples d’Allemands en vacances en République Tchèque, et qui se dirigent également vers Prague. On finit par camper une vingtaine de kilomètres avant Prague et apprenons qu’une de nos demandes de Couchsurfing vient d’être acceptée ! Le lendemain matin, nous rejoignons la capitale et faisons la rencontre de Todd, un Américain travaillant pour Médecins Sans Frontières. Il vit à Prague lorsqu’il n’est pas en mission humanitaire aux quatre coins de la planète afin de passer du temps avec ses deux filles vivant ici. Il loue une immense maison de trois étages à quelques kilomètres du centre-ville où il accueille couchsurfeurs et autres voyageurs afin de les aider lors de leur passage en République Tchèque, la ville étant extrêmement prisée par les touristes. On y rencontre donc beaucoup d’autres voyageurs, venant principalement des Etats-Unis et de Chine.

Entre deux discussions dans le jardin de la propriété avec les autres occupants, on part se balader au centre-ville et faire notre part de tourisme conventionnel. Le pont Charles, noir de monde, une réplique de la Tour Eiffel installée dans un parc (dont on appréciera les arbres fruitiers avec leurs prunes, noix et amandes) puis les ruelles autour du Old Town Square. On se régale également de plats locaux et de bières dans un des nombreux « Beer Garden » qui pullulent en ville.

 

D0115 (22)-FOW

Vue sur Prague et la Vltava

 

D0115 (3)-FOW

Comment rendre un cycliste heureux …

D0115 (20)-FOW

Le pont Charles

 

D0116 (26)-FOW

Imaginez les centaines de touristes hors cadre …

 

On se plaît plus à errer dans les vieilles rues étroites du vieux centre de Prague, à passer du temps dans les magasins de vélo que l’on croise au hasard, à observer les gens vivre en traversant le pont Charles ou dans les courts du château plutôt que de courir de musées en visites de monuments.

Le soir, on rencontre un autre couple multi-culturel, lui est Allemand, elle est Malaysienne. On passe du temps à discuter avec Todd. On en apprend beaucoup sur lui : son voyage à vélo de 6 mois, d’Oslo à Athènes, son passage d’une semaine dans les prisons albanaises, le danger omniprésent lorsque l’on travaille pour MSF. Des récits personnels emplis d’humilité et de respect et d’aide pour ses semblables.

Pour notre troisième jour à Prague, après avoir pique-niqué au sommet du site où a été fondé la ville (Vyšehrad), on profite du beau temps pour s’attarder dans les parcs, écouter les artistes de rue (la plupart sont d’ailleurs des étrangers en voyage en Europe et financent une partie de leur voyage grâce aux dons), admirer la vue sur Prague et ses ponts du haut du site du Métronome. On se fait un petit plaisir en assistant à une représentation de rue appelée « fantômes et légendes » qui mêle visites du vieux Prague et récits historiques basées sur les lieux traversés. La vie nocturne à Prague vaut vraiment le coup d’être vécu, tant l’atmosphère qui règne ici est différente de la journée. On rencontre également deux Chinoises de l’île de Hainan qui nous invite à les retrouver là-bas lorsque nous serons en Chine, sur la route nous menant au Vietnam !

 

D0116 (32)-FOW

Des amies californiennes en road-trip en Europe

D0116 (73)-FOW Drapeau tchèque

D0116 (62)-FOW

Nico sur le point de faire une bêtise

D0117 (80)-FOW

Le centre de Prague, de nuit

 

Une famille formidable à Kutna Hora : un aperçu du bonheur


Lorsque nous quittons notre auberge espagnole à Prague, c’est pour prendre la direction de Brno. Sur la route, le site de Kutna Hora attire notre attention car classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, mais aussi parce qu’une fois de plus, nous recevons une réponse d’un hôte Warmshowers prêt à nous héberger le soir-même. D’ailleurs, la message partiellement écrit en turc nous interpelle …

On quitte alors les voies cyclables que nous suivons pour modifier notre itinéraire et aller à leur rencontre, avalant 70 kilomètres en quatre heures de temps ! Une fois sur place, nous rencontrons Jiri, Dana et leurs cinq enfants (trois filles et deux garçons). Une grande famille très sympathique, ouverte et très à l’aise, parlant plusieurs langues et ayant un esprit critique sur l’école, les échanges scolaires, le système éducatif en général. C’est ce qu’on appelle de la déformation professionnelle, Jiri et Dana étant tous deux professeurs ! En plus, la Turquie est leur pays préféré (ce qui explique le message envoyé en turc). Ils s’y rendent deux fois par an au travers d’échanges scolaires et sont très heureux d’accueillir Gökben en République Tchèque.

Cette famille dégage une aura inouie. On se sent tout de suite attaché à cette famille qui a l’air de vivre dans une harmonie parfaite avec leurs enfants et leur mode de vie, et cela se répercute sur nous également. Les petites tensions disparaissent, nous nous apaisons et apprécions grandement cette nouvelle rencontre et expérience. Comme nous l’espérions et le rêvions, le bonheur ne tient pas à grand chose et cela nous donne de l’espoir pour le futur. Ce sont de telles rencontres qui nous remettent en question et nous permettent de voir la vie plus simplement et de relativiser sur les événements vécues.

 

D0119 (7)-FOW

Dmitry teste le vélo couché

DCIM100GOPRO

Photo de famille

 

Un nouveau compagnon de route


Ce soir-là, nous ferons également connaissance avec Dmitry, un cycliste russe qui vient également d’arriver chez Jiri et Dana. Il voyage depuis deux mois en Europe et a déjà parcouru 4000 kilomètres en deux mois, alors que cela nous a pris deux fois plus de temps ! De Stockholm à Prague, il s’apprête maintenant à remonter vers la Pologne avant de rejoindre Kaliningrad, petite exclave russe coincée entre la Pologne et la Lithuanie.

Le courant passe très bien entre nous, et le lendemain ous décidons de prendre la route tous les trois afin de rejoindre Kutna Hora. Avant cela, on passe la majeure partie de la journée avec la famille de Jiri, à discuter de tout et de rien tous ensemble autour d’un bon repas dans le jardin. Cette famille semble heureuse et nous repartons avec un moral gonflé à bloc sur les routes. À Kutna Hora, nous visitons l’ossuaire (qui nous fait penser à celui de Halstatt, bien que plus morbide cette fois-ci avec ses pyramides, ses lustres et ses blasons faits d’os et de crânes) puis la cathédrale Saint Barbara.

Nous préférons finalement continuer à rouler tous ensemble et profiter de la campagne tchèque. Après une chute mémorable de Gökben sur une route pavée inondée (chute sans gravité), nous passons une soirée à camper en compagnie de notre éphémère compagnon de route, à jouer de la musique, chasser les limaces qui envahissent le champ que nous avons investi, et admirer la super lune dans un ciel totalement dégagé. Voilà ce à quoi on aspirait : une vie faite de moments simples, à partager avec de nouveaux amis rencontrés sur la route et partageant les mêmes rêves.

 

D0119 (37)-FOW

Faut avouer qu’il y a du boulot

D0119 (75)-FOW

La route et les amis pour seuls compagnons

D0119 (39)-FOW

Ambiance mortelle

D0119 (78)-FOW

Camping entre copains